9.8.10

Le Harry's New-York Bar



Inauguré en novembre 1911, le HARRY'S NEW-YORK BAR est le plus vieux bar à COCKTAILS de la capitale. Il fut construit avec les boiseries d'un bar New-Yorkais, "exilé" à l'approche de la PROHIBITION. Le "New-York Bar" ensuite repris par l'écossais HARRY dans les années 20, change de nom et devient rapidement légendaire au sein de la communauté anglo-saxonne de Paris.Lieu de rendez-vous d'expatriés célèbres, les américains arrivant à Paris savent qu'ils n'ont qu'à demander au taxi le "SANK ROO DOE NOO" pour arriver à cette adresse de marque, le 5 rue Daunou, à deux pas de l'Opéra.Ce bar propose non-moins de 150 whiskies, et 370 cocktails dont les plus célèbres furent inventés dans ce bar : French 75, Bloody Mary, Blue Lagoon, White Lady... De nos jours, ce bar n'a pas changé d'un yota, seules manquent la fumée des cigares maintenant prohibée, et la toilette des clients, mise au goût du jour.

PS: Le Lutetia D.C garde un souvenir joyeux et douloureux du PETRIFIANT, cocktail qui porte bien son nom. Merci à S. de nous en avoir fait découvrir les joies, et encore une fois, bon anniversaire!

2 commentaires:

  1. Anonyme10.8.10

    Rendez-vous de générations de poètes, branques en tout genre, écrivains en devenir ou devenus, mercenaires idéalistes, humanitaires fous, milis de tout poil, journalistes ou simples alcooliques (la maison aime bien l'expression "Bar Fly", équivalent anglo-saxon du pilier de bar), leurs mannes hantent sympathiquement cet endroit.

    Le Harry's garde en effet le cachet de l'authentique, le vrai, celui qui n'a pas besoin d'archi d'intérieur, d'écrans plasma et de serveuses en bikini pour en mettre plein la vue, de techno décibélique pour masquer le manque de conversation des convives... Au contraire, le talent des barmen en sobre tablier blanc et sourire goguenard délie les langues, favorise les conversations échevelées, avant parfois de vous laisser hagard, sur le pavé, à vous demander précisément ce que Gilles a mis dans son dernier cocktail...

    C'est bien pour celà qu'avec quelques camarades, quand nous nous donnons rendez-vous "à la maison", c'est là que nous atterrissons.

    Bien à toi et merci d'être venu !
    S.

    PS: je confirme que commander des pétrifiants à la volée n'était pas très sport... petit correctif aussi, le piano bar du sous-sol a été lui aussi rénové il y a peu (moins de 5 ans, c'est dire si ça sent le neuf!!), de manière peu heureuse à mon avis.

    RépondreSupprimer

Membres